juillet 2021
blog

Développement du système immunitaire du bébé pendant la grossesse et après la naissance

Le système immunitaire est crucial pour l'homme car il permet de protéger l'organisme de tout effet nocif. Il se développe avant la naissance et est consolidé tout au long de la vie. Toutefois, les neuf premiers mois sont les plus importants, c’est la période durant laquelle le fœtus est protégé dans le corps de sa mère, et les trois premières années de la vie. C'est à ce moment-là que se forment les substances les plus importantes contre les agents pathogènes qui pourraient être nuisibles à l'enfant. Les défenses de l'organisme sont renforcées, l'autotolérance, les antigènes et la surveillance immunitaire se forment. Pendant la grossesse, le fœtus reçoit des substances immunitaires du corps de sa mère et, après la naissance, il réagit aux influences de l'environnement. Qu'est-ce qui est important pour le bon développement du système immunitaire d'un bébé ?

 

Qu'est-ce que l'immunité ?

Le système immunitaire est un mécanisme qui protège le corps humain. Il peut faire la distinction entre les influences nocives et non nocives, tant au niveau des influences externes qu'internes. Il s'agit de l'un des systèmes de régulation de l'organisme. Le corps humain se protège contre les organismes pathogènes et les toxines, peut réagir à ses propres tissus et élimine les cellules anciennes, endommagées ou mutées. Le système immunitaire est constitué de molécules et de cellules de signalisation qui communiquent entre elles, se transmettent des informations et réagissent aux menaces potentielles pour l'organisme. Ces molécules et cellules sont alors capables d'identifier et d'éliminer les polluants externes et internes qui menacent le corps humain.

Les cellules individuelles naissent des mêmes cellules souches et n'assument qu'ensuite une certaine fonction. Si on les considère d'un point de vue professionnel, elles se spécialisent en quelque sorte en fonction de l'organe dans lequel elles arrivent à maturité. Si l'organisme est infecté par un agent pathogène, une réaction immunitaire se déclenche. Ces réactions se produisent le plus souvent dans les organes lymphatiques tels que les muqueuses, les nodules, la rate, les organes ou la peau. Lorsque l'immunité est affaiblie ou sous-développée, des infections majeures, des réactions allergiques, des tumeurs ou des maladies auto-immunes peuvent survenir. 

Au cours de son développement, une personne acquiert généralement deux types d'immunité. Le premier est l'immunité non spécifique ou innée. Le bébé naît avec ce mécanisme de défense. Il porte cette information génétique à partir du moment où le spermatozoïde féconde l'ovule et où le zygote est formé. Le système immunitaire non spécifique réagit toujours de la même manière aux agents pathogènes, il ne se développe pas et ne se modifie pas. Dans le jargon médical, on dit que l'immunité innée n'a pas de mémoire.

L'immunité non spécifique à la naissance et pendant la vie est complétée par l'immunité spécifique ou acquise. Et c'est donc pour le développement de cette immunité que les trois premières années de la vie d'un enfant sont les plus importantes. Pendant la petite enfance et l'enfance, l'immunité acquise se développe au contact d'influences extérieures et d'agents pathogènes. Contrairement à l'immunité non spécifique, l'immunité spécifique possède une mémoire. Cela signifie qu'elle peut mieux réagir à chaque rencontre ultérieure avec un agent pathogène particulier. Il est plus facile de reconnaître le problème et d'aider le corps à guérir plus rapidement. En termes simples, l'immunité acquise s'apprend.

 

procréation in vitro

 

Développement de l'immunité chez le fœtus et le bébé

Vers la cinquième semaine de grossesse, le thymus, un organe clé pour le développement du système immunitaire, commence à se développer. Le thymus est l'un des rares organes qui joue son rôle surtout après la naissance jusqu'à la puberté environ, moment où il commence à disparaître progressivement. C'est grâce à lui que sont créées dans le corps humain des cellules capables de reconnaître et de combattre les agents pathogènes (lymphocytes T). Les mères qui veulent soutenir l'immunité de leur futur bébé doivent éviter le stress, avoir une bonne hygiène de vie et se trouver dans un environnement sain. Les médecins recommandent également d'augmenter la consommation de vitamine D, de zinc, d'acides gras essentiels et de probiotiques. Toutes ces substances (ainsi que les anticorps) parviennent au fœtus depuis le corps de la mère par le biais du placenta.

Après la naissance, l'allaitement et le lait maternel sont très importants pour le développement du système immunitaire. Il contient beaucoup d'anticorps (leucocytes et probiotiques), que les mères allaitantes créent en outre sur mesure pour leur bébé. Par conséquent, même lorsqu'elle allaite, une femme doit éviter le stress et manger sainement. Comme le placenta pendant la grossesse, le lait maternel est un médiateur entre la mère et le bébé. 

 

Comment reconnaître les troubles immunitaires ?

Les enfants sont plus souvent malades après leur entrée à l'école maternelle. Il s'agit d'un phénomène naturel, car l'enfant se retrouve soudainement dans un groupe plus important pendant une longue période et entre en contact avec un plus grand nombre de germes pathogènes et infectieux inconnus jusqu'alors. Les parents doivent être vigilants lorsque les infections se répètent, se prolongent et que le traitement ne fonctionne pas. Selon les médecins, si l'enfant est malade tous les mois et que l'infection dure plus d'une semaine, il est temps de procéder à un examen immunologique. 

Il est donc important de soutenir l'immunité des enfants par une alimentation saine et un endurcissement. Un enfant qui grandit dans un environnement qui n’est pas assez sain a une immunité non spécifique affaiblie et est plus enclin à la maladie. Si un enfant a une immunité spécifique réduite, cette condition peut être traitée avec des vitamines, des suppléments ou des médicaments. Si vous avez des doutes sur la santé et l'immunité de votre enfant, il est utile de consulter un pédiatre, qui prescrira des tests spéciaux pour détecter la cause de la maladie et déterminera le choix approprié du traitement en cas de suspicion d'immunité affaiblie.